Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• EDITO
• LE «PRINTEMPS MUSICAL DES ALIZÉS»
• LES GNAOUAS
• LES INSTRUMENTS DES GNAOUAS
• LA MUSIQUE ARABO-ANDALOUSE & SES INSTRUMENTS
• HISTOIRE D’UNE RELIGION
• RAMADAN & FTOUR
• L’ARAUCARIA : L’ARBRE EMBLÉMATIQUE D’ESSAOUIRA
• LE PAYS HAHA
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 45
• EDITO N° 45
• CLIN D’ŒIL
• VERS LE CAP SIM
• DAR SOLTAN ET BORJ EL OUED
• LA PÊCHE À PIED
• LA SOURCE LMAHALOU
• LES NAUFRAGÉS DU CAP
• MOHAMED ZOUZAF
• «JEAN-PAUL OF ST. BARTH.», DES BIJOUX « ÉQUITABLES » !
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 44
• EDITO N° 44
• LES ZAOUÏAS
• SECRET DE PORTES
• CATHERINE VIEU VOYAGE AU BLED
• HISTOIRE DE FILLES, CHIC & CHOC !
• DATTES ET PALMIER
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 43
• EDITO N° 43
• ESSAOUIRA SAINT-MALO : SŒURS JUMELLES OU VILLES EN MIROIR ?
• LE THÉ, UNE CULTURE PARTAGÉE ENTRE LA CHINE ET LE MAROC !!
• GÉRALD VALMER
• RAPHIA CRAFT MIRO UN CRÉATEUR RARE !
• LE PAON, OISEAU MYTHIQUE
• ROUTE CÔTIÈRE DE SAFI, KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 42
• EDITO N° 42
• MAGIE DE TOUJOURS MEMOIRE D’ANTAN IMPRESSIONS D’AUJOURD’HUI-!!!!!
• CIMETIÈRE JUIF & HAÏM PINTO
• LA SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• LES EPICES
• HERVÉ  M. SEVAT MÉMOIRES D’OUBLI
• UNE JOURNÉE DE BALADE NATURE ET CULTURE ! ESSAOUIRA-TAMANAR TABAYAT-TAFEDNEY-ESSAOUIRA
• ZAPPING SUR LA VILLE
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014

GUIDO N° 41
• EDITO N° 41
• ESSAOUIRA « VILLE MONDE »
• AGADIR ET ESSAOUIRA, LE NEC PLUS ULTRA DES VACANCES BALNÉAIRES AU MAROC
• LE VOYAGISTE THOMAS COOK SÉDUIT PAR LA DESTINATION MAROC
• LE MUSÉE NATIONAL DU THÉ À ESSAOUIRA PARTENARIAT SINO-MAROCAIN
• ESSAOUIRA & LA POLOGNE
• LES MUSIQUES D’ESSAOUIRA
• LA MUSIQUE D’ESSAOUIRA ET D’AILLEURS CONCERT À L’IMA À PARIS
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014
• ESSAOUIRA ET SA RÉGION : UNE MISE EN VALEUR PAR L’ARGANIER
• LA SARDINE COUSUE-MAIN

GUIDO N° 40
• EDITO N° 40
• LE CONSULAT DANOIS, UN BÂTIMENT HISTORIQUE EN PÉRIL
• DES MAQUETTES NAVALES, UNIQUES EN MÉDINA !
• UN ARGANIER REMARQUABLE, OUI MAIS POURQUOI ?
• QUAND L’ART SE DEVOILE AU GRE DU VENT UN RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNEL
• HISTOIRE D’ANI(MOT) : LE DROMADAIRE OU LE CHAMEAU
• LE CITRON ET SES VERTUS
• ZAPPING EN VILLE
• MROUZIA DE L’AID EL KÉBIR

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• ZOOM SUR LA VILLE
• LA PLACE MOULAY HASSAN
• RESPIREZ, NAGEZ, BOUGEZ, L’ÉTÉ EST LÀ !!
• LES GNAOUA ET LE FESTIVAL
• PANORAMA SUR LES ARTS PLASTIQUES SOUIRIS

GUIDO N° 38
• EDITO N° 38
• LA SYNAGOGUE ATTIA : FUTUR MUSÉE DU JUDAÏSME ?
• CHBANATE !!
• INSTALLATIONS DE PÊCHE
• LA PÂTISSERIE DRISS LIEU DE LA VILLE, UN ENDROIT IMPROBABLE
• AZIZ MOUJELLIL, PEINTRE/PORTRAITISTE
• LE PROJET DU CENTRE CULTUREL MOGADOR,
• LE RETOUR DE L’IBIS CHAUVE OU GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OU « LA SOURCE DES PIERRES »

GUIDO N° 37
• EDITO N° 37
• ECRIVAIN PUBLIC, UN MÉTIER QUI PERDURE !!
• LA COOPÉRATIVE DES MARQUETEURS
• LE MENZEH (OU ENTREPÔT)
• YENNAYER OU LE NOUVEL AN BERBÈRE OU AMAZIGH
• LE GENÊT BLANC OU BILOUGUI
• BALADE EN VILLE
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 36
• EDITO N° 36
• RETOUR SUR LE FESTIVAL GNAOUA JUIN 2012
• L’ÉGLISE PORTUGAISE & LE CONSULAT DANOIS
• VOLUBILIS, UNE PLANTE À FLEURS, UN SITE ROMAIN ANTIQUE
• LE FAUCON D’ELÉONORE
• D’ESSAOUIRA À SIDI KAOUKI, DUNES, PLAGES DÉSERTES ET VILLAGES DE PÊCHEURS
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 35
• EDITO N° 35
• L’ATELIER MONETAIRE D’ESSAOUIRA - MOGADOR
• ABDELAZIZ BAKI
• GERARD LOUCEL
• ARTISANS DU ROSEAU
• SAFI : LA MÉDINA & LES MARABOUTS DE BORDS DE MER
• ZAPPING EN VILLE
• L’ARBRE DU VOYAGEUR OU RAVENALA MADAGASCARIENSIS
• MÉMOIRE DES LIEUX : PLACE KHABAZINE OU GHOUBSZINE (CEUX QUI VENDENT LE PAIN)

GUIDO N° 34
• EDITO N° 34
• LA SYNAGOGUE SLAT LKAHAL
• L’ATELIER EMPREINTE : LES CADRES DE CAROLE ADALLOUCH
• MAGIC YOUSSEF : OU « UN PETIT TRUC TOUT SIMPLE » !
• A PROPOS D’ART, Y A-T-IL UNE ECOLE D’ESSAOUIRA ?
• L’ANE, PAS SI TÊTE DE MULE !!
• ZAPPING EN VILLE
• MIMOSA ET FRAISES, L’HIVER EN COULEURS !

GUIDO N° 33
• EDITO N° 33
• LE CRIN VÉGÉTAL: UNE ANCIENNE HISTOIRE !
• DE L’OLIVE À L’HUILE ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• CONFITURE D’OLIVES NOIRES
• LES PISTES AUTOUR DE SIDI KAOUKI
• ZAPPING EN VILLE
• LA GRENADE, (PUNICA GRANATUM), UN FRUIT MYTHIQUE

GUIDO N° 32
• EDITO N° 32
• AMERS ET PHARES : DES REPÈRES POUR LES MARINS
• ANDRÉ MÉNARD
• BABAHOUM
• LES CENTRES DE BIEN ÊTRE
• SAFI
• LE PHYTOLACCA EN PÉRIL !
• LA STÉVIA, UNE PLANTE AUX MILLE VERTUS
• ALAIN GÉREZ

GUIDO N° 31
• EDITO N° 31
• GNAOUA ET MUSIQUES DU MONDE
• LE QUARTIER INDUSTRIEL : UNE NOUVELLE VIE?
• LA TANNERIE CAREL
• LES GRANDS MOULINS D’ESSAOUIRA
• MOHAMED TABAL : PEINTRE DES GNAOUAS
• ESPRIT NATURE
• AZEMMOUR
• LES TAZOTAS
• CHARLES KERIVEL : GRAND SUD MAROCAIN
• VU DANS LA PRESSE AU FIL DES JOURS
• FERMETURE DU MUSÉE DE LA VILLE ?
• L’ÉPINARD : UN MOT, UNE PLANTE

GUIDO N° 30
• EDITO N° 30
• ALLIANCE FRANCO-MAROCAINE D’ESSAOUIRA
• ESSAOUIRA : LA MUTANTE
• BELAID BELHAOUI : DESSINATEUR DU VIVANT
• LE CAFÉ-HÔTEL AABDI ET LA TRIBU DES AABDA
• ECHAUGUETTE - MOUCHARABIEH - JUDAS,
• ZELLIGE : L’HISTOIRE D’UN MOT
• TOURISME VERT À IDA OUGOURD
• ZAPPING EN VILLE
• LA FÈVE, SACRÉE PLANTE !

GUIDO N° 29
• EDITO N° 29
• FESTIVAL DE L’ÉTRANGE
• RENZO LULLI : SCULPTEUR
• L’HORLOGE
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• LE POSTE WATIER : MOULAY BOUZERKTOUN
• SECRETS DE BEAUTÉ DES FEMMES DU MAROC
• ZAPPING EN VILLE
• LE KAHKAH

GUIDO N° 28
• EDITO N° 28
• ANDALOUSIES ATLANTIQUES 2010
• PETITARTPETIT : ATELIER D’ARTS PLASTIQUES ET BOUTIQUE
• LE MUSÉE SIDI MOHAMMED BEN ABDALLAH
• EPILATION À LA CIRE ET AU FIL
• DES MOTS – VALISE, HISTOIRE DE RIRE
• ZAPPING EN VILLE
• LA VALLÉE DU PARADIS
• LE JACARANDA, LE FLAMBOYANT BLEU

GUIDO N° 27
• EDITO N° 27
• SAVE CINEMAS IN MAROCCO
• LE SOUK DE LA LAINE À ESSAOUIRA, UNE ACTIVITÉ QUI DISPARAÎT
• LA RÉHABILITATION DU MELLAH & DU QUARTIER DE LA SCALA
• TAGENZA & LE GARA GARA
• CITRON, LIME, LIMON
• LES BARQUES D’ESSAOUIRA EN DANGER
• CUISEURS SOLAIRES

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• INONDATIONS, LES PONTS DE DIABET
• LE BARRAGE DE ZERRAR
• SIDI MOGDOUL
• L’ASPHODÈLE OU « POIREAU DE CHIEN »
• ASSASSINS
• OUALIDIA OU WALIDIA
• LA STÈLE DE BIR KOUAT, UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 25
• EDITO N° 25
• LE MIROIR D’ALICE : IOSU URIZ
• LES SAVONS DE MOGADOR
• LE PHYTOLACCA DIOÏCA
• HAMMAM ET SPA
• SALADE DE MORUE À LA PASTÈQUE
• ITINÉRAIRE DANS LA VILLE ROUGE

GUIDO N° 24
• EDITO N° 24
• STREET ART
• DU VENT DANS LA TÊTE...
• BLEU
• L'HUILE D'ARGAN DE SIDI YASSINE
• NEKNAFA ET SA « STATION THERMALE »
• TAJINE D’AGNEAU...
• LA STÈLE DE BIR KOUAT : UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 23
• DÉSIR D'EAU - HISTOIRE D'EAU
• MEMOIRE DU PORT, CARNET DE BORD
• LES SQALAS
• L'EAU
• ABDELKEBIR KHATIBI
• LE LITTORAL DANS LA RÉGION D'ESSAOUIRA
• BROCHETTES D’ESPADON....

GUIDO N° 22
• EDITO N° 22
• RALLYE AICHA DES GAZELLES 2009
• LE SABRA OU SOIE VÉGÉTALE
• CHARABIA
• LA MOSQUEE
• LA MENTHE, L’ABSINTHE
• LES CASCADES DE SIDI M’BAREK
• CÔTES D’AGNEAU AU MIEL...

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13
• ZEN RITUELS SPA À L'HEURE BLEUE PALAIS
• ESSAOUIRA, EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Guido : 40 - LE CONSULAT DANOIS, UN BÂTIMENT HISTORIQUE EN PÉRIL

Le consulat danois a été le premier consulat européen à Mogador. Construit en 1765. Le consul brésilien a commencé le travail et il a été achevé par Geord Höst consul danois. Lorsque la Royal Danish - Société Africaine a été liquidée 1767, il a été offert au roi du Maroc par le gouvernement danois.

Ce consulat est un monument de grande importance dans la médina d’Essaouira par son architecture, sa taille et son histoire. Il constitue un exemple majeur de coexistence harmonieuse entre le style architectural décoratif marocain et le style européen.
La bâtisse s’organise autour d’une cour intérieure à colonnes. Elle se compose d’un rez-de-chaussée, un étage, une terrasse et d’une tour de guet à deux niveaux. Ses façades sont percées, au rez-de-chaussée de meurtrières servant à aérer et ventiler les entrepôts qui l’occupait. À l’étage, neuf grandes fenêtres sont aménagées ; la plus importante est une porte-fenêtre placée au milieu de la façade et dotée d’un balcon orné de balustres. Il s’agit du plus ancien édifice consulaire construit à Essaouira suite à la demande du sultan fondateur de la ville en 1760 et voit actuellement sa cour intérieure se transformer en amoncellement de déchets, en plein cœur de la médina.

L’action conjuguée du temps, de l’Homme et du climat a causé une dégradation très avancée des monuments de la ville, ce qui nécessite une intervention urgente pour leur restauration, réhabilitation et mise en valeur, bien que les structures verticales ne présentent ni fissures, ni autres problèmes majeurs.
Les dégâts touchent principalement les structures horizontales, les enduits et les éléments décoratifs. Des travaux urgents doivent être entrepris pour stopper le processus de dégradation et éviter qu’ils ne tombent en ruine. Avec ces bâtiments, c’est tout un pan de l’histoire de la ville, de ce superbe port qui risque de s’effacer.

Par ailleurs, la diversité et la multiplication des activités socioculturelles importantes qu’a connues la ville d’Essaouira ces dernières années, n’ont pas été accompagnées par la mise en place de structures d’accueil appropriées. La restauration de ces bâtisses patrimoniales en centres culturels participerait certainement à combler ce vide.

L’agence urbaine de la ville d’Essaouira développe deux études stratégiques visant à réhabiliter la médina et propose un programme d’actions prioritaires.

La valeur de la médina d’Essaouira est reconnue par un dahir de 1924 qui classe ses murailles, portes, tours et bastions comme monuments historiques, mais également par l’Unesco qui l’a inscrite au patrimoine mondial de l’Humanité. Convoité par les touristes et sujet de fierté pour les Souiris, ce trésor est pourtant menacé. Le climat agressif, les mutations socio-économiques, la pression urbaine et la densification anarchique du tissu urbain sont autant de facteurs qui mettent actuellement en péril son potentiel historique, mais également économique et touristique. En réponse à cette dégradation, l’Agence urbaine d’Essaouira met actuellement les bouchées doubles pour achever deux études. La première concerne la réhabilitation globale de la médina et la seconde se focalise sur le mellah, l’ancien quartier juif de la ville, où la dégradation a atteint un stade avancé. La première étude, structurante, vise à mettre à niveau la médina dans sa dimension à la fois urbaine, sociale et économique.

Des enjeux pour le moins cruciaux, quand on sait aussi que cet espace de 30 ha constitue le pôle principal de l’activité commerciale et artisanale de la ville. « L’étude devra déclencher un processus de revalorisation d’un patrimoine en dégradation, tout en s’inscrivant dans une perspective globale de développement durable », indique un rapport de l’Agence urbaine. L’étude entend avoir un impact sur la restauration urbaine, la requalification des infrastructures, la sauvegarde du patrimoine et l’amélioration du paysage urbain. Un diagnostic des problèmes de la médina sera également établi.

Parmi ces contraintes, le rapport relève déjà la vétusté des infrastructures de base (assainissement, voirie et électricité), la précarité des conditions d’habitat et d’hygiène, la dégradation du paysage urbain (mauvais état des façades urbaines, décadence de l’esthétique du site) et le manque d’équipements socio-collectifs, culturels et de loisirs. De plus, « l’organisation spatiale des activités commerciales n’est pas optimale et des problèmes de liaison existent avec le reste de la ville. Du côté des habitants, la population qui y réside se caractérise par de faibles revenus, voire une pauvreté accrue », souligne le rapport. L’étude compte donc proposer un programme d’« actions prioritaires ». A l’ordre du jour, l’amélioration de la qualité du paysage urbain, du bâti et des espaces collectifs, l’intégration de tous les quartiers de la médina à la dynamique économique, l’identification de projets capables de créer une dynamique de développement socioéconomique…Des projets concrets sont également en gestation, tel un nouveau marquage des accès à la médina ou le recensement des monuments historiques à sauvegarder.

Quant à la deuxième étude, elle se focalise sur le mellah, l’ancien quartier juif d’Essaouira. Ce quartier qui s’étend sur 4 ha et dont la densité moyenne est de 2.000 habitants/ha bénéficie d’une situation stratégique, à proximité de la mer et de la porte de Bab Doukkala. Bien qu’il soit riche en patrimoine bâti de grande valeur, il est le plus pauvre de l’ancienne ville. Il s’agit donc, à travers un aménagement détaillé, d’y initier un processus de renouvellement urbain et d’améliorer sa compétitivité. Le plan d’action prévoit notamment de relever ses caractéristiques patrimoniales architecturales et urbanistiques, de mettre en place des liaisons avec les autres unités de la médina et de valoriser sa trame urbaine originale. De plus, la restauration et la reconstruction des défenses marines, censées protéger la muraille-nord de la ville des assauts de l’océan, est prévue. Malgré les atouts du mellah, il affecte l’image d’Essaouira et de sa médina. En effet, la population de l’ancien quartier juif est la plus démunie de toute la ville. Son taux de sous-équipement est également le plus élevé. « Les populations vivent dans des conditions d’indigence, d’insalubrité et d’insécurité indécentes.

Ce profil socio-économique des habitants du mellah est une contrainte primordiale pour intervenir dans ce quartier, qui a déjà fait l’objet d’opérations de recasement de nombreuses familles, malgré leur solvabilité très faible », indique le rapport.
Informations issues du journal « l’économiste ».