Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• THE GNAOUA
• ARAB-ANDALUSIAN MUSIC
• HISTORY OF A RELIGION

GUIDO N° 45
• TOWARDS CAPE SIM
• DAR SOLTAN AND BORJ EL OUED
• SHELL FISHING
• THE LMAHALOU SPRING

GUIDO N° 44
• THE ZAOUÏAS
• DOORS HAVE THEIR SECRETS
• DATES AND PALM TREES

GUIDO N° 43
• THE TOWNS OF ESSAOUIRA AND SAINT-MALO: TWIN SISTERS OR MIRROR IMAGES OF EACH OTHER ?
• RAFFIA CRAFT MIRO : AN EXCEPTIONAL DESIGNER
• SAFI COASTAL ROAD KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA

GUIDO N° 42
• ETERNAL MAGIC YESTERYEAR MEMORIES TODAY’S IMPRESSIONS - !!!!!
• THE SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• SPICES

GUIDO N° 41
• ESSAOUIRA: « A WORLD WITHIN A TOWN »
• THE NATIONAL TEA MUSEUM IN ESSAOUIRA, A CHINESE AND MOROCCAN PARTNERSHIP
• ESSAOUIRA AND ITS REGION ENHANCED BY THE DEVELOPMENT OF THE ARGAN TREE
• A TOP QUALITY SARDINE

GUIDO N° 40
• UNIQUE MODEL SHIPS IN THE MEDINA!
• AN OUTSTANDING ARGAN TREE! YES, BUT WHY?
• THE DROMEDARY CAMEL AND THE BACTRIAN CAMEL
• LEMONS AND THEIR PROPERTIES

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• MOULAY HASSAN SQUARE
• BREATHE, SWIM AND MOVE AROUND: SUMMER IS HERE!
• THE GNAOUA AND THE FESTIVAL

GUIDO N° 38
• THE ATTIA SYNAGOGUE: A FUTURE MUSEUM OF JUDAISM?
• THE RETURN OF THE BALD IBIS OR GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OR THE « SOURCE FROM THE ROCKS »

GUIDO N° 37
• PUBLIC LETTER-WRITERS, A LONG LASTING TRADE!!
• THE INLAYERS’ COOPERATIVE
• THE MENZEH (OR WAREHOUSE)
• YENNAYER OR BERBER NEW YEAR OR AMAZIGH
• THE BRIDAL VEIL BROOM OR « BILOUGUI »

GUIDO N° 36
• THE PORTUGUESE CHURCH & THE DANISH CONSULATE
• ELEONORA’S FALCON
• FROM ESSAOUIRA TO SIDI KAOUKI DUNES, DESERTED BEACHES AND FISHERMEN’S VILLAGES

GUIDO N° 35
• REED CRAFTSMEN
• SAFI : THE MEDINA AND THE MARABOUT ALONG THE COAST
• TOWN ZAPPING
• THE TRAVELLER’S TREE OR RAVENALA MADAGASCARIENSIS

GUIDO N° 34
• THE SLAT LAKLHAL SYNAGOGUE
• THE DONKEY: NOT SO STUBBORN!

GUIDO N° 33
• ORGANIC HORSEHAIR : AN OLD STORY!
• FROM OLIVE TO OIL ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• BLACK OLIVE JAM
• THE TRACKS AROUND SIDI KAOUKI

GUIDO N° 32
• BEACONS AND SEA MARKS : REFERENCE POINTS FOR SAILORS
• WELL BEING CENTRES
• SAFI

GUIDO N° 31
• GNAOUA AND WORLD MUSIC
• A NEW LIFE FOR THE INDUSTRIAL ZONE?
• AZEMMOUR
• THE TAZOTA
• GATHERED IN THE PAPERS AS DAYS WENT BY

GUIDO N° 30
• ESSAOUIRA, THE « EVER-CHANGING »
• THE CAFÉ-HÔTEL AABDI AND THE AABDA TRIBE
• WATCHTOWER-MOUCHARABIEH-PEEPHOLE
• GREEN TOURISM IN IDA OUGOURD
• IN-CITY ZAPPING

GUIDO N° 29
• THE CLOCK
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• THE WATIER STATION - MOULAY BOUZERKTOUN
• BEAUTY SECRETS FROM MOROCCAN WOMEN
• TOWN ZAPPING

GUIDO N° 28
• FESTIVAL OF THE ATLANTIC ANDALUSIAS 2010
• TOWN CHECK
• PARADISE VALLEY

GUIDO N° 27
• THE WOOL SOUK IN ESSAOUIRA, A VANISHING ACTIVITY
• REHABILITATION OF THE ESSAOUIRA MELLAH AND OF THE SCALA AREA
• TAGENZA AND GARA GARA

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• FLOODING, THE BRIDGES OF DIABET
• THE ZERRAR DAM
• SIDI MOGDUL
• OUALIDIA OR WALIDIA

GUIDO N° 25
• ALICE’S LOOKING GLASS : IOSU URIZ
• THE SOAPS OF MOGADOR

• HAMMAM AND SPA
• ITINERARY IN THE RED TOWN

GUIDO N° 24
• STREET ART
• THE ARGAN OIL FROM SIDI YASSINE
• A TOUR TO NEKNAFA AND ITS « SPA »

GUIDO N° 23
• LOGBOOK ENTRIES : MEMORIES OF THE PORT
• THE SQALAS
• THE WATER
• A TOUR OF THE COASTLINE AROUND ESSAOUIRA

GUIDO N° 22

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13

Guido : 35 - ABDELAZIZ BAKI

une singularité, un art, souirisme pur!!

Baki est bon ; sa prodigieuse humanité transpire dans tous ses mots, comme dans son art intemporel surgi des profondeurs du cœur. « L’homme a été un jeune de bien » dit-il, qui croit en l’amour des individus, des animaux, des êtres vivants, quels qu’ils soient.
Un art modeste, singulier, insolite, hors norme, empreint de motifs tribaux ou africains et colorés. Un monde de magie dans lequel s’enchevêtrent formes, teintes, personnages, animaux extravagants, doubles ou multiples poissons, oiseaux, serpents… Un univers d’équilibre fantasmagorique, où l’amour régit la vie.

Ce peintre et sculpteur autodidacte travaille de façon ininterrompue depuis plus de vingt ans. A 28 ans, le service militaire obligatoire lui fait perdre son emploi d’électricien en entreprise. Comment faire vivre sa famille ? Son frère fabrique des étagères, il décide de les peindre. Être artiste, quoi de plus naturel ?

La créativité galope : motifs aux couleurs vives, animaux insolites et invraisemblables, un imaginaire en perpétuel mouvement, à l’image des lieux dans lesquels il évolue, véritable fatras d’objets et de déchets, univers de bric et de broc. A peine à l’abri de la pluie, il œuvre ici dans une petite bicoque, mosaïque de bois, à l’incroyable toit, assemblage de planches recouvertes d’une bâche de plastique. Un atelier coincé entre la poussière et les violentes attaques du vent, sur fond du bruit de la vie, des radios, des échanges ou des goélands.

A l’entrée de son antre : des portes de récupération sur lesquelles sont peintes des lettres qui disent : « atelier de Baki ». Ses voisins affichent un « art primitif moderne ». Baki, lui, ne se classe pas.
Dans l’atelier, des nattes, une étagère présentant quelques œuvres, une moto à trois roues sous une bâche, quelques pots de peinture et des verres à thé se partagent une table bancale, près d’un sac plastique et ses documents précieux : articles, photos, livres ou catalogues.
Parfois, la lumière du soleil filtre à peine. En semaine, Baki travaille dans un second atelier, sur la route de Marrakech, à la sortie d’Essaouira. Encore moins de passage ici, l’esprit et la main sont libres de vagabonder. Peu de pièces sur place, mais toujours une œuvre en cours de finition, des commandes. Chez Baki, il s’agit à peine de savoir si ce qui est élaboré « tient », au plan esthétique. L’artiste est dans une production permanente et c’est là l’essentiel. Pour lui et pour celui qui vient et regarde. Osciller entre deux ateliers, être présent et produire, et toujours avoir le désir et le courage de continuer, l’art comme « consolation naturelle du travail des hommes » . Voilà.

Baki observe et reproduit des motifs anciens dont il va s’inspirer, puis les adapte jusqu’à développer sa propre manière. Commence ainsi une vie d’artiste et de création. A l’origine de son art, il y a des meubles recyclés, des outils détournés de leur fonction mais toujours utilitaires.

A ses débuts, donc, l’artiste redonne vie aux objets du quotidien. Des œuvres éclectiques sont refaites avec soin, puis peintes. Leur succèdent bientôt des tableaux et des sculptures. Au fil des années, le trait s’affine et se libère, la palette se colore, vive et joyeuse, les personnages se détourent d’un trait noir. Baki dit chercher sans fin du nouveau dans les formes. Il avance, recouvrant le bois de peau pour le solidifier, puis il peint, utilise les mouvements du bois, ses aspérités pour en faire un œil, une bouche, un animal, un univers peuplé de monstres marins souvent, mais surtout de serpents.

Les sculptures présentent généralement une figure ou un motif central, autour duquel s’articule un bestiaire : les corps se dédoublent, les membres s’entrelacent. L’inspiration provient de la campagne avoisinante et de sa faune. De l’effroi que celle-ci peut inspirer. Baki exorcise ses peurs en couleurs et les transcende en créatures zoomorphes dans une figuration imaginaire ; il surcharge ce bestiaire grouillant. Il joue de couleurs qui « réveillent » les choses et illuminent les pièces. Totems de plus en plus grands, géants, presque, et moins aisés à vendre bien sûr, quand ses pièces sont généralement de petit format et peu encombrantes, et « partent » vite.

Dans des cabanes au fond d’une cour, le peintre-sculpteur collectionne des branches, des troncs tortueux, y voit déjà les formes d’animaux et de personnages fabuleux. Bientôt, sur ses troncs-totems, creux et bosses cacheront ou révéleront mille êtres étranges, un monde fantasmé.
L’artiste intègre ces formes dans des combinaisons singulières et inattendues, il imagine des procédures figuratives déconcertantes. L’esprit de l’enfance se prolonge dans la naïveté du trait, avec maîtrise. Près du port de Mogador, ville carrefour, l’héritage collectif de l’imaginaire produit cet art singulier, des vestiges culturels déviés et sans cesse ré-imaginés. Entre forces surnaturelles et rites religieux, transe et magie venues d’Afrique noire. De l’apprentissage des siècles, l’artiste naît dans l’atelier du monde. Entre ses mains naissent des associations poétiques, métaphores oniriques et métamorphoses des êtres.

Baki mêle les figures ; chacune occupe sa place, loin du hasard. Bois aux formes complexes, qui rappellent les mouvements et les sinuosités des reptiles, serpents, lézards, scorpions ou caméléons, des poissons aussi, créatures bizarres, tel le serpaon, association improbable où le paon chasse et tue le serpent. L’artiste a une peur profonde à exorciser : son père est mort tué par un serpent. « Quand tu vois un serpent, tu t’arrêtes de prier » dit-il, en citant le Coran. Alors les serpents se glissent partout dans son œuvre. L’œil s’attarde sur les regards, les bouches à grandes dents mais rarement menaçantes, sourire à la vie plutôt. Les yeux vides détiennent un pouvoir magique, hypnotisent le spectateur, à l’instar du serpent.

Faire de la vie un monde enchanté et ensorceleur ! Conter des scènes où l’amour, la fraternité, la famille et la nature cohabitent, des peintures et des sculptures aux couleurs et aux créatures chimériques. Un art sans étiquette, totalement libre. Ici, le vent « chasse les mauvais esprits », dit-on. Mais un vent de génie souffle sur les œuvres de Baki, un art anticonformiste et affranchi.