Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• THE GNAOUA
• ARAB-ANDALUSIAN MUSIC
• HISTORY OF A RELIGION

GUIDO N° 45
• TOWARDS CAPE SIM
• DAR SOLTAN AND BORJ EL OUED
• SHELL FISHING
• THE LMAHALOU SPRING

GUIDO N° 44
• THE ZAOUÏAS
• DOORS HAVE THEIR SECRETS
• DATES AND PALM TREES

GUIDO N° 43
• THE TOWNS OF ESSAOUIRA AND SAINT-MALO: TWIN SISTERS OR MIRROR IMAGES OF EACH OTHER ?
• RAFFIA CRAFT MIRO : AN EXCEPTIONAL DESIGNER
• SAFI COASTAL ROAD KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA

GUIDO N° 42
• ETERNAL MAGIC YESTERYEAR MEMORIES TODAY’S IMPRESSIONS - !!!!!
• THE SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• SPICES

GUIDO N° 41
• ESSAOUIRA: « A WORLD WITHIN A TOWN »
• THE NATIONAL TEA MUSEUM IN ESSAOUIRA, A CHINESE AND MOROCCAN PARTNERSHIP
• ESSAOUIRA AND ITS REGION ENHANCED BY THE DEVELOPMENT OF THE ARGAN TREE
• A TOP QUALITY SARDINE

GUIDO N° 40
• UNIQUE MODEL SHIPS IN THE MEDINA!
• AN OUTSTANDING ARGAN TREE! YES, BUT WHY?
• THE DROMEDARY CAMEL AND THE BACTRIAN CAMEL
• LEMONS AND THEIR PROPERTIES

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• MOULAY HASSAN SQUARE
• BREATHE, SWIM AND MOVE AROUND: SUMMER IS HERE!
• THE GNAOUA AND THE FESTIVAL

GUIDO N° 38
• THE ATTIA SYNAGOGUE: A FUTURE MUSEUM OF JUDAISM?
• THE RETURN OF THE BALD IBIS OR GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OR THE « SOURCE FROM THE ROCKS »

GUIDO N° 37
• PUBLIC LETTER-WRITERS, A LONG LASTING TRADE!!
• THE INLAYERS’ COOPERATIVE
• THE MENZEH (OR WAREHOUSE)
• YENNAYER OR BERBER NEW YEAR OR AMAZIGH
• THE BRIDAL VEIL BROOM OR « BILOUGUI »

GUIDO N° 36
• THE PORTUGUESE CHURCH & THE DANISH CONSULATE
• ELEONORA’S FALCON
• FROM ESSAOUIRA TO SIDI KAOUKI DUNES, DESERTED BEACHES AND FISHERMEN’S VILLAGES

GUIDO N° 35
• REED CRAFTSMEN
• SAFI : THE MEDINA AND THE MARABOUT ALONG THE COAST
• TOWN ZAPPING
• THE TRAVELLER’S TREE OR RAVENALA MADAGASCARIENSIS

GUIDO N° 34
• THE SLAT LAKLHAL SYNAGOGUE
• THE DONKEY: NOT SO STUBBORN!

GUIDO N° 33
• ORGANIC HORSEHAIR : AN OLD STORY!
• FROM OLIVE TO OIL ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• BLACK OLIVE JAM
• THE TRACKS AROUND SIDI KAOUKI

GUIDO N° 32
• BEACONS AND SEA MARKS : REFERENCE POINTS FOR SAILORS
• WELL BEING CENTRES
• SAFI

GUIDO N° 31
• GNAOUA AND WORLD MUSIC
• A NEW LIFE FOR THE INDUSTRIAL ZONE?
• AZEMMOUR
• THE TAZOTA
• GATHERED IN THE PAPERS AS DAYS WENT BY

GUIDO N° 30
• ESSAOUIRA, THE « EVER-CHANGING »
• THE CAFÉ-HÔTEL AABDI AND THE AABDA TRIBE
• WATCHTOWER-MOUCHARABIEH-PEEPHOLE
• GREEN TOURISM IN IDA OUGOURD
• IN-CITY ZAPPING

GUIDO N° 29
• THE CLOCK
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• THE WATIER STATION - MOULAY BOUZERKTOUN
• BEAUTY SECRETS FROM MOROCCAN WOMEN
• TOWN ZAPPING

GUIDO N° 28
• FESTIVAL OF THE ATLANTIC ANDALUSIAS 2010
• TOWN CHECK
• PARADISE VALLEY

GUIDO N° 27
• THE WOOL SOUK IN ESSAOUIRA, A VANISHING ACTIVITY
• REHABILITATION OF THE ESSAOUIRA MELLAH AND OF THE SCALA AREA
• TAGENZA AND GARA GARA

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• FLOODING, THE BRIDGES OF DIABET
• THE ZERRAR DAM
• SIDI MOGDUL
• OUALIDIA OR WALIDIA

GUIDO N° 25
• ALICE’S LOOKING GLASS : IOSU URIZ
• THE SOAPS OF MOGADOR

• HAMMAM AND SPA
• ITINERARY IN THE RED TOWN

GUIDO N° 24
• STREET ART
• THE ARGAN OIL FROM SIDI YASSINE
• A TOUR TO NEKNAFA AND ITS « SPA »

GUIDO N° 23
• LOGBOOK ENTRIES : MEMORIES OF THE PORT
• THE SQALAS
• THE WATER
• A TOUR OF THE COASTLINE AROUND ESSAOUIRA

GUIDO N° 22

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13

Guido : 26 - ASSASSINS

fumeurs de haschisch ou gardiens des fondements islamiques?

Le mot « assassins » a une longue histoire, qui commence au début du XIe siècle avec la secte musulmane dite « des Assassins », les Haschischiyoun. Cette secte avait été fondée par un vieux sage de confession chiite, Hassan As-Sabbah, qui était en lutte contre les Turcs Seldjoukides, alors maîtres de l’Islam officiel, et qui, eux, n’étaient pas chiites mais sunnites.
Les meurtres que les membres de cette secte chiite organisaient contre les personnalités sunnites se déroulaient toujours selon le même scénario spectaculaire : après avoir préparé l’attentat dans le plus grand secret, le meurtre avait lieu de préférence dans la mosquée, le vendredi, à l’heure de la plus grande affluence. L’acte revêtait ainsi une double signification pour eux : c’est en public qu’ils éliminaient définitivement une personnalité sunnite, tout en donnant de l’éclat à celui qui se sacrifiait avec un courage exemplaire à la vengeance de la foule qui s’acharnait alors sur lui et le mettait à mort.
Le calme avec lequel agissaient ces candidats au suicide a pu faire penser qu’ils étaient drogués avec du haschisch, d’où leur surnom haschischiyoun ou haschaschin (« hassas », « fumeurs de haschisch »). Le mot a été transmis au français par l’intermédiaire de l’italien assassino, et l’étymologie par le haschisch a longtemps prévalu.
C’est bien comme « fumeurs (ou mangeurs) de haschisch » que la secte a été connue en France, mais cette appellation péjorative n’est probablement pas celle par laquelle se qualifiaient ses membres ; en revanche, ses adversaires sunnites ont pu répandre cette légende de l’intoxication, déjà rapportée en Occident par Marco Polo. Le sens premier en serait « buveur de hachisch », en fait « fumeur de hachisch », parce qu’en arabe, le verbe boire est utilisé pour dire fumer et que l’on « boit une cigarette ».
On attribuait la férocité des membres de la secte à l’influence du hachisch qu’ils « buvaient ». Cette explication, aurait été inventée en 1809 par un orientaliste friand d’anecdotes pittoresques mais ignorant tout des lois qui régissent l’évolution des langues.
Une autre étymologie peut être avancée, car des documents attestent que Hassan avait coutume d’appeler ses adeptes « Assassiyoun », c’est-à-dire ceux qui sont fidèles au « assas » (en arabe, gardien), au « fondement » de la foi, les « fondamentalistes », via l’italien assessino, « tueur à gages ». Le sens d’ « assassin », comme « gardien des fondements », montre que les assassiyin qui éliminaient mécréants et infidèles, surtout les chrétiens, n’agissaient pas ainsi parce qu’ils auraient été sous l’emprise de la drogue, mais parce que ces tueurs se considéraient comme les gardiens du dogme islamique et comme de vrais musulmans.
La ressemblance des deux mots – Haschishiyoun et Assassiyoun – aurait donc pu induire en erreur les premiers voyageurs occidentaux dont la connaissance de la langue arabe était sans doute superficielle.
Dans la plupart des langues romanes, notamment occitanes et françaises (assacis, assassis, hassassis …, assassin), s’emploie pour désigner les membres de cette secte ismaélienne (shiite) de Syrie et figurément un séide (homme d’un dévouement aveugle et fanatique) capable de tuer pour son maître : cet emploi n’est pas rare chez les troubadours, pour qualifier la fidélité amoureuse aveugle.
De nombreuses hypothèses proposées, certaines parties en fumée avec le temps, mais un mot qui ne cessera encore de questionner.