Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• THE GNAOUA
• ARAB-ANDALUSIAN MUSIC
• HISTORY OF A RELIGION

GUIDO N° 45
• TOWARDS CAPE SIM
• DAR SOLTAN AND BORJ EL OUED
• SHELL FISHING
• THE LMAHALOU SPRING

GUIDO N° 44
• THE ZAOUÏAS
• DOORS HAVE THEIR SECRETS
• DATES AND PALM TREES

GUIDO N° 43
• THE TOWNS OF ESSAOUIRA AND SAINT-MALO: TWIN SISTERS OR MIRROR IMAGES OF EACH OTHER ?
• RAFFIA CRAFT MIRO : AN EXCEPTIONAL DESIGNER
• SAFI COASTAL ROAD KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA

GUIDO N° 42
• ETERNAL MAGIC YESTERYEAR MEMORIES TODAY’S IMPRESSIONS - !!!!!
• THE SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• SPICES

GUIDO N° 41
• ESSAOUIRA: « A WORLD WITHIN A TOWN »
• THE NATIONAL TEA MUSEUM IN ESSAOUIRA, A CHINESE AND MOROCCAN PARTNERSHIP
• ESSAOUIRA AND ITS REGION ENHANCED BY THE DEVELOPMENT OF THE ARGAN TREE
• A TOP QUALITY SARDINE

GUIDO N° 40
• UNIQUE MODEL SHIPS IN THE MEDINA!
• AN OUTSTANDING ARGAN TREE! YES, BUT WHY?
• THE DROMEDARY CAMEL AND THE BACTRIAN CAMEL
• LEMONS AND THEIR PROPERTIES

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• MOULAY HASSAN SQUARE
• BREATHE, SWIM AND MOVE AROUND: SUMMER IS HERE!
• THE GNAOUA AND THE FESTIVAL

GUIDO N° 38
• THE ATTIA SYNAGOGUE: A FUTURE MUSEUM OF JUDAISM?
• THE RETURN OF THE BALD IBIS OR GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OR THE « SOURCE FROM THE ROCKS »

GUIDO N° 37
• PUBLIC LETTER-WRITERS, A LONG LASTING TRADE!!
• THE INLAYERS’ COOPERATIVE
• THE MENZEH (OR WAREHOUSE)
• YENNAYER OR BERBER NEW YEAR OR AMAZIGH
• THE BRIDAL VEIL BROOM OR « BILOUGUI »

GUIDO N° 36
• THE PORTUGUESE CHURCH & THE DANISH CONSULATE
• ELEONORA’S FALCON
• FROM ESSAOUIRA TO SIDI KAOUKI DUNES, DESERTED BEACHES AND FISHERMEN’S VILLAGES

GUIDO N° 35
• REED CRAFTSMEN
• SAFI : THE MEDINA AND THE MARABOUT ALONG THE COAST
• TOWN ZAPPING
• THE TRAVELLER’S TREE OR RAVENALA MADAGASCARIENSIS

GUIDO N° 34
• THE SLAT LAKLHAL SYNAGOGUE
• THE DONKEY: NOT SO STUBBORN!

GUIDO N° 33
• ORGANIC HORSEHAIR : AN OLD STORY!
• FROM OLIVE TO OIL ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• BLACK OLIVE JAM
• THE TRACKS AROUND SIDI KAOUKI

GUIDO N° 32
• BEACONS AND SEA MARKS : REFERENCE POINTS FOR SAILORS
• WELL BEING CENTRES
• SAFI

GUIDO N° 31
• GNAOUA AND WORLD MUSIC
• A NEW LIFE FOR THE INDUSTRIAL ZONE?
• AZEMMOUR
• THE TAZOTA
• GATHERED IN THE PAPERS AS DAYS WENT BY

GUIDO N° 30
• ESSAOUIRA, THE « EVER-CHANGING »
• THE CAFÉ-HÔTEL AABDI AND THE AABDA TRIBE
• WATCHTOWER-MOUCHARABIEH-PEEPHOLE
• GREEN TOURISM IN IDA OUGOURD
• IN-CITY ZAPPING

GUIDO N° 29
• THE CLOCK
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• THE WATIER STATION - MOULAY BOUZERKTOUN
• BEAUTY SECRETS FROM MOROCCAN WOMEN
• TOWN ZAPPING

GUIDO N° 28
• FESTIVAL OF THE ATLANTIC ANDALUSIAS 2010
• TOWN CHECK
• PARADISE VALLEY

GUIDO N° 27
• THE WOOL SOUK IN ESSAOUIRA, A VANISHING ACTIVITY
• REHABILITATION OF THE ESSAOUIRA MELLAH AND OF THE SCALA AREA
• TAGENZA AND GARA GARA

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• FLOODING, THE BRIDGES OF DIABET
• THE ZERRAR DAM
• SIDI MOGDUL
• OUALIDIA OR WALIDIA

GUIDO N° 25
• ALICE’S LOOKING GLASS : IOSU URIZ
• THE SOAPS OF MOGADOR

• HAMMAM AND SPA
• ITINERARY IN THE RED TOWN

GUIDO N° 24
• STREET ART
• THE ARGAN OIL FROM SIDI YASSINE
• A TOUR TO NEKNAFA AND ITS « SPA »

GUIDO N° 23
• LOGBOOK ENTRIES : MEMORIES OF THE PORT
• THE SQALAS
• THE WATER
• A TOUR OF THE COASTLINE AROUND ESSAOUIRA

GUIDO N° 22

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13

Guido : 30 - LA FÈVE, SACRÉE PLANTE !

Nourriture ou poison ? Bénéfique ou maudite ? Les mythes, symboles et croyances rattachées à l’une des plus anciennes légumineuses de l’humanité sont souvent ambivalents et contradictoires.
Sa forme, sans doute, enflamma l’imaginaire des hommes, qui dans l’Antiquité la chargèrent de bien des méfaits tout en sachant en tirer tous les avantages.

La fève a toujours nourri les hommes, les animaux et les sols. Comme d’autres légumineuses elle contient 25% de protéines, et, grâce à ses racines qui portent des nodosités pouvant fixer l’azote atmosphérique, elle fertilise les sols. Sa culture en alternance avec des céréales économise l’usage d’engrais.

Paysans et botanistes constatent depuis toujours qu’elle est la légumineuse qui retourne le plus ce qu’elles ont pris au sol.

La fève (foûl) est un aliment très populaire dans le monde arabe, au Maghreb, au Machrek et surtout en Egypte, où il est connu et cultivé depuis les pharaons, si ancien qu’on le retrouve près de 1900 ans avant notre ère dans des fouilles archéologiques comme offrandes funéraires.

Longtemps la fève reste considérée comme produit maudit car associé aux morts : de ce fait, les prêtres s’abstenaient d’en consommer. Au VIe siècle av. J.C. un courant religieux en Grèce, l’orphisme, considère que la forme creuse de la tige de cette plante, dépourvue de nœuds, l’assimile symboliquement a un lieu de passage entre le monde des vivants et celui des morts : aussi l’ingestion, de cette légumineuse était considérée comme du cannibalisme.

Pythagore qui reprendra les thèses orphistes dira : « c’est un crime légal de manger des fèves et la tête de ses parents ». On ne traversait jamais un champ de fèves pour ne pas risquer d’écraser les défunts.

Les papyrus eux aussi, confirment sa culture et sa consommation et des jarres pleines de fèves écossées offertes aux dieux du Nil par Ramsès III sont en nombre impressionnant. Les préparations culinaires à base de fèves font l’unanimité de toutes les classes sociales, tant en milieu rural que urbain.

Des recettes extrêmement anciennes telle que le ful mudamas (fèves assaisonnées de cumin, de sel, arrosées d’huile et accompagnée d’oignons crus) ou la bissara (purée de fèves) traversent les siècles sans aucune variation.

En médecine populaire les Marocains utilisent une pâte à base de fèves séchées pour soigner l’hydrocéphalie des jeunes enfants. En se solidifiant, la pâte, posée sur la fontanelle comme un serre-tête, fortifie l’ossification de cette partie du crâne du nourrisson.

La fève gonfle démesurément dans l’eau : cette aptitude fait d’elle un fruit lié à la fécondité, au même titre que la figue, la calebasse ou le melon d’eau.