Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• THE GNAOUA
• ARAB-ANDALUSIAN MUSIC
• HISTORY OF A RELIGION

GUIDO N° 45
• TOWARDS CAPE SIM
• DAR SOLTAN AND BORJ EL OUED
• SHELL FISHING
• THE LMAHALOU SPRING

GUIDO N° 44
• THE ZAOUÏAS
• DOORS HAVE THEIR SECRETS
• DATES AND PALM TREES

GUIDO N° 43
• THE TOWNS OF ESSAOUIRA AND SAINT-MALO: TWIN SISTERS OR MIRROR IMAGES OF EACH OTHER ?
• RAFFIA CRAFT MIRO : AN EXCEPTIONAL DESIGNER
• SAFI COASTAL ROAD KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA

GUIDO N° 42
• ETERNAL MAGIC YESTERYEAR MEMORIES TODAY’S IMPRESSIONS - !!!!!
• THE SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• SPICES

GUIDO N° 41
• ESSAOUIRA: « A WORLD WITHIN A TOWN »
• THE NATIONAL TEA MUSEUM IN ESSAOUIRA, A CHINESE AND MOROCCAN PARTNERSHIP
• ESSAOUIRA AND ITS REGION ENHANCED BY THE DEVELOPMENT OF THE ARGAN TREE
• A TOP QUALITY SARDINE

GUIDO N° 40
• UNIQUE MODEL SHIPS IN THE MEDINA!
• AN OUTSTANDING ARGAN TREE! YES, BUT WHY?
• THE DROMEDARY CAMEL AND THE BACTRIAN CAMEL
• LEMONS AND THEIR PROPERTIES

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• MOULAY HASSAN SQUARE
• BREATHE, SWIM AND MOVE AROUND: SUMMER IS HERE!
• THE GNAOUA AND THE FESTIVAL

GUIDO N° 38
• THE ATTIA SYNAGOGUE: A FUTURE MUSEUM OF JUDAISM?
• THE RETURN OF THE BALD IBIS OR GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OR THE « SOURCE FROM THE ROCKS »

GUIDO N° 37
• PUBLIC LETTER-WRITERS, A LONG LASTING TRADE!!
• THE INLAYERS’ COOPERATIVE
• THE MENZEH (OR WAREHOUSE)
• YENNAYER OR BERBER NEW YEAR OR AMAZIGH
• THE BRIDAL VEIL BROOM OR « BILOUGUI »

GUIDO N° 36
• THE PORTUGUESE CHURCH & THE DANISH CONSULATE
• ELEONORA’S FALCON
• FROM ESSAOUIRA TO SIDI KAOUKI DUNES, DESERTED BEACHES AND FISHERMEN’S VILLAGES

GUIDO N° 35
• REED CRAFTSMEN
• SAFI : THE MEDINA AND THE MARABOUT ALONG THE COAST
• TOWN ZAPPING
• THE TRAVELLER’S TREE OR RAVENALA MADAGASCARIENSIS

GUIDO N° 34
• THE SLAT LAKLHAL SYNAGOGUE
• THE DONKEY: NOT SO STUBBORN!

GUIDO N° 33
• ORGANIC HORSEHAIR : AN OLD STORY!
• FROM OLIVE TO OIL ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• BLACK OLIVE JAM
• THE TRACKS AROUND SIDI KAOUKI

GUIDO N° 32
• BEACONS AND SEA MARKS : REFERENCE POINTS FOR SAILORS
• WELL BEING CENTRES
• SAFI

GUIDO N° 31
• GNAOUA AND WORLD MUSIC
• A NEW LIFE FOR THE INDUSTRIAL ZONE?
• AZEMMOUR
• THE TAZOTA
• GATHERED IN THE PAPERS AS DAYS WENT BY

GUIDO N° 30
• ESSAOUIRA, THE « EVER-CHANGING »
• THE CAFÉ-HÔTEL AABDI AND THE AABDA TRIBE
• WATCHTOWER-MOUCHARABIEH-PEEPHOLE
• GREEN TOURISM IN IDA OUGOURD
• IN-CITY ZAPPING

GUIDO N° 29
• THE CLOCK
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• THE WATIER STATION - MOULAY BOUZERKTOUN
• BEAUTY SECRETS FROM MOROCCAN WOMEN
• TOWN ZAPPING

GUIDO N° 28
• FESTIVAL OF THE ATLANTIC ANDALUSIAS 2010
• TOWN CHECK
• PARADISE VALLEY

GUIDO N° 27
• THE WOOL SOUK IN ESSAOUIRA, A VANISHING ACTIVITY
• REHABILITATION OF THE ESSAOUIRA MELLAH AND OF THE SCALA AREA
• TAGENZA AND GARA GARA

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• FLOODING, THE BRIDGES OF DIABET
• THE ZERRAR DAM
• SIDI MOGDUL
• OUALIDIA OR WALIDIA

GUIDO N° 25
• ALICE’S LOOKING GLASS : IOSU URIZ
• THE SOAPS OF MOGADOR

• HAMMAM AND SPA
• ITINERARY IN THE RED TOWN

GUIDO N° 24
• STREET ART
• THE ARGAN OIL FROM SIDI YASSINE
• A TOUR TO NEKNAFA AND ITS « SPA »

GUIDO N° 23
• LOGBOOK ENTRIES : MEMORIES OF THE PORT
• THE SQALAS
• THE WATER
• A TOUR OF THE COASTLINE AROUND ESSAOUIRA

GUIDO N° 22

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13

Guido : 22 - LES CASCADES DE SIDI M’BAREK

Une promenade proche d’Essaouira et un dépaysement total assuré !

Prendre la route vers Agadir à la sortie d’Essaouira vers le Sud, tourner à une douzaine de kilomètres vers Sidi Kaouki et poursuivre par la route côtière, en direction de Aït Idir, village d’où il est possible de rejoindre, au retour, la nationale avant Smimou pour remonter vers Essaouira. Des balades en quad sont également proposées pour se rendre sur le site des cascades au départ de Sidi Kaouki ou d’Essaouira.
La route serpente entre les collines d’arganiers et longe la mer offrant de magnifiques points de vue.

De ci de là, nomades, des ruches parsèment les collines, itinérantes en fonction de la saison.

Situées 12 km après Sidi Kaouki, les cascades ne sont pas visibles de la route. Pour accéder au lit de l’oued, un chemin de mules descend sur la droite dans le virage avant le village. Une borne indique le kilométrage dans l’autre sens.
Selon l’endroit d’où l’on part, la marche sera de un ou deux kilomètres jusqu’aux cascades. Néanmoins, quelle que soit la saison, le lit de la rivière est abrité par les dunes, collines ou rochers du vent, et il est nécessaire de prévoir un chapeau, le soleil brûle !

La descente vers ces cascades peut également se faire au milieu de l’oued Aghbalou, toujours alimenté d’un fil d’eau.

Vaches, moutons ou chèvres pâturent dans la végétation toujours verte de l’oued, et plus bas, après le dénivelé des cascades, sur le plateau où se mêlent océan et eau douce.

Plus haut, aux pieds du village, les femmes lavent le linge, les habitants ramassent de nombreuses plantes destinées à la consommation, les enfants jouent dans les retenues d’eau.

Les cascades de Sidi M’barek étaient un lieu de bivouac lors des randonnées chamelières en direction de la ville d’Essaouira. L’érosion importante de l’oued Aghbalou, a provoqué l’inclinaison des couches tendres de la roche d’où sont nées les cascades de Sidi M’Barek. L’oued s’écoule vers ces cascades ondulant et sinuant parmi la végétation, dans une sérénité apaisante et rare. Les roches aux couches géologiques superposées s’inclinent vers les cascades ou l’océan, juste caché derrière les dunes, et dont le grondement se fait entendre bien avant d’y arriver. Le paysage baigne dans une pâleur embrumée par ses flots. Des rangs de vagues frontales et mugissantes, gardiennes de cet entre-deux, mer et campagne, roulent sans fin.

L’eau des cascades est réputée pour soigner tous les problèmes d’yeux. Un marabout à la blancheur éclatante surplombe l’oued et ses cascades. Il porte le même nom que les cascades, Sidi M’Barek.
Le guérisseur réside en ce lieu et les villageois viennent encore le visiter parcourant parfois de nombreux kilomètres à pied ou à dos d’âne.
L’embouchure de l’oued est un régal pour les yeux. La mer se mêle au lit de la rivière surplombé par les dunes au Nord et les rochers au Sud. La source de l’oued se trouve sur les hauteurs du village, 3 km en amont.

Il se prétend qu’ici aussi, les problèmes de folie peuvent être résolus par le guérisseur et se soignent avec un mélange d’huile d’olive et de plantes amalgamés dans un pot noir (le Gtran), une mixture déposée sur la peau avant de dormir.

Cette randonnée, entre mer et campagne ne pourra laisser aucun promeneur insensible à sa beauté : ici les éléments, terre, sable, rochers, verdure, eau et couleurs s’entremêlent et se partagent les lieux.