Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  1 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• THE GNAOUA
• ARAB-ANDALUSIAN MUSIC
• HISTORY OF A RELIGION

GUIDO N° 45
• TOWARDS CAPE SIM
• DAR SOLTAN AND BORJ EL OUED
• SHELL FISHING
• THE LMAHALOU SPRING

GUIDO N° 44
• THE ZAOUÏAS
• DOORS HAVE THEIR SECRETS
• DATES AND PALM TREES

GUIDO N° 43
• THE TOWNS OF ESSAOUIRA AND SAINT-MALO: TWIN SISTERS OR MIRROR IMAGES OF EACH OTHER ?
• RAFFIA CRAFT MIRO : AN EXCEPTIONAL DESIGNER
• SAFI COASTAL ROAD KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA

GUIDO N° 42
• ETERNAL MAGIC YESTERYEAR MEMORIES TODAY’S IMPRESSIONS - !!!!!
• THE SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• SPICES

GUIDO N° 41
• ESSAOUIRA: « A WORLD WITHIN A TOWN »
• THE NATIONAL TEA MUSEUM IN ESSAOUIRA, A CHINESE AND MOROCCAN PARTNERSHIP
• ESSAOUIRA AND ITS REGION ENHANCED BY THE DEVELOPMENT OF THE ARGAN TREE
• A TOP QUALITY SARDINE

GUIDO N° 40
• UNIQUE MODEL SHIPS IN THE MEDINA!
• AN OUTSTANDING ARGAN TREE! YES, BUT WHY?
• THE DROMEDARY CAMEL AND THE BACTRIAN CAMEL
• LEMONS AND THEIR PROPERTIES

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• MOULAY HASSAN SQUARE
• BREATHE, SWIM AND MOVE AROUND: SUMMER IS HERE!
• THE GNAOUA AND THE FESTIVAL

GUIDO N° 38
• THE ATTIA SYNAGOGUE: A FUTURE MUSEUM OF JUDAISM?
• THE RETURN OF THE BALD IBIS OR GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OR THE « SOURCE FROM THE ROCKS »

GUIDO N° 37
• PUBLIC LETTER-WRITERS, A LONG LASTING TRADE!!
• THE INLAYERS’ COOPERATIVE
• THE MENZEH (OR WAREHOUSE)
• YENNAYER OR BERBER NEW YEAR OR AMAZIGH
• THE BRIDAL VEIL BROOM OR « BILOUGUI »

GUIDO N° 36
• THE PORTUGUESE CHURCH & THE DANISH CONSULATE
• ELEONORA’S FALCON
• FROM ESSAOUIRA TO SIDI KAOUKI DUNES, DESERTED BEACHES AND FISHERMEN’S VILLAGES

GUIDO N° 35
• REED CRAFTSMEN
• SAFI : THE MEDINA AND THE MARABOUT ALONG THE COAST
• TOWN ZAPPING
• THE TRAVELLER’S TREE OR RAVENALA MADAGASCARIENSIS

GUIDO N° 34
• THE SLAT LAKLHAL SYNAGOGUE
• THE DONKEY: NOT SO STUBBORN!

GUIDO N° 33
• ORGANIC HORSEHAIR : AN OLD STORY!
• FROM OLIVE TO OIL ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• BLACK OLIVE JAM
• THE TRACKS AROUND SIDI KAOUKI

GUIDO N° 32
• BEACONS AND SEA MARKS : REFERENCE POINTS FOR SAILORS
• WELL BEING CENTRES
• SAFI

GUIDO N° 31
• GNAOUA AND WORLD MUSIC
• A NEW LIFE FOR THE INDUSTRIAL ZONE?
• AZEMMOUR
• THE TAZOTA
• GATHERED IN THE PAPERS AS DAYS WENT BY

GUIDO N° 30
• ESSAOUIRA, THE « EVER-CHANGING »
• THE CAFÉ-HÔTEL AABDI AND THE AABDA TRIBE
• WATCHTOWER-MOUCHARABIEH-PEEPHOLE
• GREEN TOURISM IN IDA OUGOURD
• IN-CITY ZAPPING

GUIDO N° 29
• THE CLOCK
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• THE WATIER STATION - MOULAY BOUZERKTOUN
• BEAUTY SECRETS FROM MOROCCAN WOMEN
• TOWN ZAPPING

GUIDO N° 28
• FESTIVAL OF THE ATLANTIC ANDALUSIAS 2010
• TOWN CHECK
• PARADISE VALLEY

GUIDO N° 27
• THE WOOL SOUK IN ESSAOUIRA, A VANISHING ACTIVITY
• REHABILITATION OF THE ESSAOUIRA MELLAH AND OF THE SCALA AREA
• TAGENZA AND GARA GARA

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• FLOODING, THE BRIDGES OF DIABET
• THE ZERRAR DAM
• SIDI MOGDUL
• OUALIDIA OR WALIDIA

GUIDO N° 25
• ALICE’S LOOKING GLASS : IOSU URIZ
• THE SOAPS OF MOGADOR

• HAMMAM AND SPA
• ITINERARY IN THE RED TOWN

GUIDO N° 24
• STREET ART
• THE ARGAN OIL FROM SIDI YASSINE
• A TOUR TO NEKNAFA AND ITS « SPA »

GUIDO N° 23
• LOGBOOK ENTRIES : MEMORIES OF THE PORT
• THE SQALAS
• THE WATER
• A TOUR OF THE COASTLINE AROUND ESSAOUIRA

GUIDO N° 22

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13

Guido : 34 - MIMOSA ET FRAISES, L’HIVER EN COULEURS !

Plantés dans la première moitié du 20e siècle pour aider au reboisement des dunes autour de la ville, les mimosas sont toujours fidèles au rendez vous pour une floraison éclatante !

C’est dans le courant du mois de février et pendant près de deux mois que les mimosas qui enferment la ville d’Essaouira prennent leurs plus belles couleurs. Lorsque l’on s’éloigne vers le sud, sur les hauteurs des dunes au niveau de Diabat, la ville apparaît au milieu de milliers de petits grains de soleil dispersés dans les branches. Quatre bandes distinctes jaunes soleil, vertes émeraude, bleues azur et blanches Essaouira. Les feuilles d’eucalyptus s’emmêlent dans les grains d’or…il n’est pas rare de voir surgir un ou plusieurs marcassins, suivis de près par la mère. Heureusement, les branches du mimosa sont basses et permettent d’y grimper aisément, quoique, en cette année un peu sèche les ovins ont tendance à en manger les branches basses, et se risquent même à venir brouter les bouquets que vous cueillez!

Les fleurs du mimosa sont des fleurs régulières généralement petites, groupées en têtes globuleuses ou en épis cylindriques. Selon les espèces les inflorescences peuvent comporter de quelques fleurs à plus d’une centaine. En général, ils fleurissent tout au long de l’année avec une éclosion principale au printemps et une floraison de moindre importance le reste de l’année. Les fleurs sont en général jaunes, bien qu’il existe quelques espèces aux fleurs roses. Importé d’Australie par des botanistes anglais, au début du XIXe siècle

Les aristocrates européens furent les premiers à en orner leurs jardins. Ne se contentant pas d’être l’arbuste décoratif des mois de janvier et février, il est également exploité pour ses essences. Il entre ainsi dans la composition de parfums renommés. Symbole de magnificence, d’élégance, de simplicité, de tendresse et d’amitié, la fleur de mimosa, dans les songes est signe de sécurité. Il représente aussi l’énergie féminine, cachée sous une apparente fragilité. Pour cette raison, depuis 1946, le mimosa est l’emblème de la journée de la femme.

Pour le plaisir associons un plat de fraises, de celles qui envahissent les charrettes des marchands, à un superbe bouquet de mimosa ! Alors la table prend des allures de tableau, composition artistique des plus gaies ! Les fraises sont cultivées au Maroc, essentiellement dans le Nord et occupent les tables du début de l’hiver jusqu’au printemps !

Au Maroc, la production globale de fraises à atteint, en 2006, autour de 100 000 T, avec un coût de production d’un hectare de fraise estimé à environ 18000 Dh. Ce tonnage est, en grande partie, destiné à la consommation en frais 12500 à 30000 T à l’export et entre 20000 à 25000 T sur le marché national. Les tonnages destinés à la congélation ont évolué de 20000 T en 2000 à 57000 T en 2007. Le résultat des exportations marocaines enregistré au cours des dernières années est surtout due au fait de l’installation au Maroc de grandes firmes européennes qui ont investi dans des unités de congélation et mis en place des structures d’encadrement de groupes de producteurs qui leurs sont affiliés. Actuellement, les opérateurs originaires de l’U.E contrôlent 70% de la fraise congelée au Maroc.