Français English

Archives

Selectionnez une rubrique, un article ou un numéro du GUIDO

  2 résultats  
TOUS LES ARTICLES :

LE DERNIER N°
• EDITO
• LE «PRINTEMPS MUSICAL DES ALIZÉS»
• LES GNAOUAS
• LES INSTRUMENTS DES GNAOUAS
• LA MUSIQUE ARABO-ANDALOUSE & SES INSTRUMENTS
• HISTOIRE D’UNE RELIGION
• RAMADAN & FTOUR
• L’ARAUCARIA : L’ARBRE EMBLÉMATIQUE D’ESSAOUIRA
• LE PAYS HAHA
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 45
• EDITO N° 45
• CLIN D’ŒIL
• VERS LE CAP SIM
• DAR SOLTAN ET BORJ EL OUED
• LA PÊCHE À PIED
• LA SOURCE LMAHALOU
• LES NAUFRAGÉS DU CAP
• MOHAMED ZOUZAF
• «JEAN-PAUL OF ST. BARTH.», DES BIJOUX « ÉQUITABLES » !
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 44
• EDITO N° 44
• LES ZAOUÏAS
• SECRET DE PORTES
• CATHERINE VIEU VOYAGE AU BLED
• HISTOIRE DE FILLES, CHIC & CHOC !
• DATTES ET PALMIER
• ZAPPING SUR LA VILLE

GUIDO N° 43
• EDITO N° 43
• ESSAOUIRA SAINT-MALO : SŒURS JUMELLES OU VILLES EN MIROIR ?
• LE THÉ, UNE CULTURE PARTAGÉE ENTRE LA CHINE ET LE MAROC !!
• GÉRALD VALMER
• RAPHIA CRAFT MIRO UN CRÉATEUR RARE !
• LE PAON, OISEAU MYTHIQUE
• ROUTE CÔTIÈRE DE SAFI, KASBAH HAMIDOUCH, AGOUZ, SOUIRA KÉDIMA
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 42
• EDITO N° 42
• MAGIE DE TOUJOURS MEMOIRE D’ANTAN IMPRESSIONS D’AUJOURD’HUI-!!!!!
• CIMETIÈRE JUIF & HAÏM PINTO
• LA SYNAGOGUE SLAT LKALHAL
• LES EPICES
• HERVÉ  M. SEVAT MÉMOIRES D’OUBLI
• UNE JOURNÉE DE BALADE NATURE ET CULTURE ! ESSAOUIRA-TAMANAR TABAYAT-TAFEDNEY-ESSAOUIRA
• ZAPPING SUR LA VILLE
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014

GUIDO N° 41
• EDITO N° 41
• ESSAOUIRA « VILLE MONDE »
• AGADIR ET ESSAOUIRA, LE NEC PLUS ULTRA DES VACANCES BALNÉAIRES AU MAROC
• LE VOYAGISTE THOMAS COOK SÉDUIT PAR LA DESTINATION MAROC
• LE MUSÉE NATIONAL DU THÉ À ESSAOUIRA PARTENARIAT SINO-MAROCAIN
• ESSAOUIRA & LA POLOGNE
• LES MUSIQUES D’ESSAOUIRA
• LA MUSIQUE D’ESSAOUIRA ET D’AILLEURS CONCERT À L’IMA À PARIS
• RALLYE AÏCHA DES GAZELLES 24ÈME ÉDITION DU 14 AU 29 MARS 2014
• ESSAOUIRA ET SA RÉGION : UNE MISE EN VALEUR PAR L’ARGANIER
• LA SARDINE COUSUE-MAIN

GUIDO N° 40
• EDITO N° 40
• LE CONSULAT DANOIS, UN BÂTIMENT HISTORIQUE EN PÉRIL
• DES MAQUETTES NAVALES, UNIQUES EN MÉDINA !
• UN ARGANIER REMARQUABLE, OUI MAIS POURQUOI ?
• QUAND L’ART SE DEVOILE AU GRE DU VENT UN RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNEL
• HISTOIRE D’ANI(MOT) : LE DROMADAIRE OU LE CHAMEAU
• LE CITRON ET SES VERTUS
• ZAPPING EN VILLE
• MROUZIA DE L’AID EL KÉBIR

GUIDO N° 39
• EDITO N° 39
• ZOOM SUR LA VILLE
• LA PLACE MOULAY HASSAN
• RESPIREZ, NAGEZ, BOUGEZ, L’ÉTÉ EST LÀ !!
• LES GNAOUA ET LE FESTIVAL
• PANORAMA SUR LES ARTS PLASTIQUES SOUIRIS

GUIDO N° 38
• EDITO N° 38
• LA SYNAGOGUE ATTIA : FUTUR MUSÉE DU JUDAÏSME ?
• CHBANATE !!
• INSTALLATIONS DE PÊCHE
• LA PÂTISSERIE DRISS LIEU DE LA VILLE, UN ENDROIT IMPROBABLE
• AZIZ MOUJELLIL, PEINTRE/PORTRAITISTE
• LE PROJET DU CENTRE CULTUREL MOGADOR,
• LE RETOUR DE L’IBIS CHAUVE OU GERONTICUS EREMITA
• AÏN AHJAR OU « LA SOURCE DES PIERRES »

GUIDO N° 37
• EDITO N° 37
• ECRIVAIN PUBLIC, UN MÉTIER QUI PERDURE !!
• LA COOPÉRATIVE DES MARQUETEURS
• LE MENZEH (OU ENTREPÔT)
• YENNAYER OU LE NOUVEL AN BERBÈRE OU AMAZIGH
• LE GENÊT BLANC OU BILOUGUI
• BALADE EN VILLE
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 36
• EDITO N° 36
• RETOUR SUR LE FESTIVAL GNAOUA JUIN 2012
• L’ÉGLISE PORTUGAISE & LE CONSULAT DANOIS
• VOLUBILIS, UNE PLANTE À FLEURS, UN SITE ROMAIN ANTIQUE
• LE FAUCON D’ELÉONORE
• D’ESSAOUIRA À SIDI KAOUKI, DUNES, PLAGES DÉSERTES ET VILLAGES DE PÊCHEURS
• ZAPPING EN VILLE

GUIDO N° 35
• EDITO N° 35
• L’ATELIER MONETAIRE D’ESSAOUIRA - MOGADOR
• ABDELAZIZ BAKI
• GERARD LOUCEL
• ARTISANS DU ROSEAU
• SAFI : LA MÉDINA & LES MARABOUTS DE BORDS DE MER
• ZAPPING EN VILLE
• L’ARBRE DU VOYAGEUR OU RAVENALA MADAGASCARIENSIS
• MÉMOIRE DES LIEUX : PLACE KHABAZINE OU GHOUBSZINE (CEUX QUI VENDENT LE PAIN)

GUIDO N° 34
• EDITO N° 34
• LA SYNAGOGUE SLAT LKAHAL
• L’ATELIER EMPREINTE : LES CADRES DE CAROLE ADALLOUCH
• MAGIC YOUSSEF : OU « UN PETIT TRUC TOUT SIMPLE » !
• A PROPOS D’ART, Y A-T-IL UNE ECOLE D’ESSAOUIRA ?
• L’ANE, PAS SI TÊTE DE MULE !!
• ZAPPING EN VILLE
• MIMOSA ET FRAISES, L’HIVER EN COULEURS !

GUIDO N° 33
• EDITO N° 33
• LE CRIN VÉGÉTAL: UNE ANCIENNE HISTOIRE !
• DE L’OLIVE À L’HUILE ! : ZITOUN, ZITOUNA, ZIT…
• CONFITURE D’OLIVES NOIRES
• LES PISTES AUTOUR DE SIDI KAOUKI
• ZAPPING EN VILLE
• LA GRENADE, (PUNICA GRANATUM), UN FRUIT MYTHIQUE

GUIDO N° 32
• EDITO N° 32
• AMERS ET PHARES : DES REPÈRES POUR LES MARINS
• ANDRÉ MÉNARD
• BABAHOUM
• LES CENTRES DE BIEN ÊTRE
• SAFI
• LE PHYTOLACCA EN PÉRIL !
• LA STÉVIA, UNE PLANTE AUX MILLE VERTUS
• ALAIN GÉREZ

GUIDO N° 31
• EDITO N° 31
• GNAOUA ET MUSIQUES DU MONDE
• LE QUARTIER INDUSTRIEL : UNE NOUVELLE VIE?
• LA TANNERIE CAREL
• LES GRANDS MOULINS D’ESSAOUIRA
• MOHAMED TABAL : PEINTRE DES GNAOUAS
• ESPRIT NATURE
• AZEMMOUR
• LES TAZOTAS
• CHARLES KERIVEL : GRAND SUD MAROCAIN
• VU DANS LA PRESSE AU FIL DES JOURS
• FERMETURE DU MUSÉE DE LA VILLE ?
• L’ÉPINARD : UN MOT, UNE PLANTE

GUIDO N° 30
• EDITO N° 30
• ALLIANCE FRANCO-MAROCAINE D’ESSAOUIRA
• ESSAOUIRA : LA MUTANTE
• BELAID BELHAOUI : DESSINATEUR DU VIVANT
• LE CAFÉ-HÔTEL AABDI ET LA TRIBU DES AABDA
• ECHAUGUETTE - MOUCHARABIEH - JUDAS,
• ZELLIGE : L’HISTOIRE D’UN MOT
• TOURISME VERT À IDA OUGOURD
• ZAPPING EN VILLE
• LA FÈVE, SACRÉE PLANTE !

GUIDO N° 29
• EDITO N° 29
• FESTIVAL DE L’ÉTRANGE
• RENZO LULLI : SCULPTEUR
• L’HORLOGE
• LA FIXATION DES DUNES À ESSAOUIRA
• LE POSTE WATIER : MOULAY BOUZERKTOUN
• SECRETS DE BEAUTÉ DES FEMMES DU MAROC
• ZAPPING EN VILLE
• LE KAHKAH

GUIDO N° 28
• EDITO N° 28
• ANDALOUSIES ATLANTIQUES 2010
• PETITARTPETIT : ATELIER D’ARTS PLASTIQUES ET BOUTIQUE
• LE MUSÉE SIDI MOHAMMED BEN ABDALLAH
• EPILATION À LA CIRE ET AU FIL
• DES MOTS – VALISE, HISTOIRE DE RIRE
• ZAPPING EN VILLE
• LA VALLÉE DU PARADIS
• LE JACARANDA, LE FLAMBOYANT BLEU

GUIDO N° 27
• EDITO N° 27
• SAVE CINEMAS IN MAROCCO
• LE SOUK DE LA LAINE À ESSAOUIRA, UNE ACTIVITÉ QUI DISPARAÎT
• LA RÉHABILITATION DU MELLAH & DU QUARTIER DE LA SCALA
• TAGENZA & LE GARA GARA
• CITRON, LIME, LIMON
• LES BARQUES D’ESSAOUIRA EN DANGER
• CUISEURS SOLAIRES

GUIDO N° 26
• EDITO N° 26
• INONDATIONS, LES PONTS DE DIABET
• LE BARRAGE DE ZERRAR
• SIDI MOGDOUL
• L’ASPHODÈLE OU « POIREAU DE CHIEN »
• ASSASSINS
• OUALIDIA OU WALIDIA
• LA STÈLE DE BIR KOUAT, UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 25
• EDITO N° 25
• LE MIROIR D’ALICE : IOSU URIZ
• LES SAVONS DE MOGADOR
• LE PHYTOLACCA DIOÏCA
• HAMMAM ET SPA
• SALADE DE MORUE À LA PASTÈQUE
• ITINÉRAIRE DANS LA VILLE ROUGE

GUIDO N° 24
• EDITO N° 24
• STREET ART
• DU VENT DANS LA TÊTE...
• BLEU
• L'HUILE D'ARGAN DE SIDI YASSINE
• NEKNAFA ET SA « STATION THERMALE »
• TAJINE D’AGNEAU...
• LA STÈLE DE BIR KOUAT : UN MYSTÈRE ROUGE SUR LE BORD DE LA ROUTE

GUIDO N° 23
• DÉSIR D'EAU - HISTOIRE D'EAU
• MEMOIRE DU PORT, CARNET DE BORD
• LES SQALAS
• L'EAU
• ABDELKEBIR KHATIBI
• LE LITTORAL DANS LA RÉGION D'ESSAOUIRA
• BROCHETTES D’ESPADON....

GUIDO N° 22
• EDITO N° 22
• RALLYE AICHA DES GAZELLES 2009
• LE SABRA OU SOIE VÉGÉTALE
• CHARABIA
• LA MOSQUEE
• LA MENTHE, L’ABSINTHE
• LES CASCADES DE SIDI M’BAREK
• CÔTES D’AGNEAU AU MIEL...

GUIDO N° 13
• EDITO N° 13
• ZEN RITUELS SPA À L'HEURE BLEUE PALAIS
• ESSAOUIRA, EMBARQUEMENT IMMEDIAT

Guido : 35 - ZAPPING EN VILLE

L’horloge
Voilà des années que nous attendions que l’horloge de la ville refasse entendre le son de ses cloches. C’est chose faite ! Rénovée en 2012, elle affiche l’heure depuis plusieurs semaines et sonne chaque quart d’heure. Composée de cinq cloches, l’horloge d’Essaouira a toujours rythmé le quotidien des habitants de la ville mais en 1997, le mécanisme s’est arrêté et jusqu’à aujourd’hui, aucun travail de restauration en profondeur n’avait été entrepris. Symbole d’Essaouira, l’horloge, inaugurée par le maréchal Lyautey, qui se trouve dans la médina, à côté de la place Bab El Menzeh, indiquait depuis 1918 l’heure aux habitants de la ville. Des tentatives ont bien été engagées pour retaper l’horloge, mais qui n’ont jamais tenu longtemps. D’importants travaux de rénovation ont été entrepris voici quelques mois et l’horloge fait à nouveau entendre le son de ses cloches pour le plus grand bonheur des habitants de la ville qui évoquent avec nostalgie l’époque où les coups sonnaient le départ à l’école, l’heure de déjeuner etc.…

Les sourires reviennent à chaque évocation la concernant. Le montant de l’investissement est estimé à 1,2 million de DH. Concrètement, deux chantiers ont été menés de front: la réparation de tout le mécanisme de l’horloge et la restauration du bâtiment qui l’abrite. La réparation du mécanisme, très ancien et complexe, de l’horloge a été prise en main par une société de Casablanca. La convention prévoyait de retrouver le même mécanisme qu’avant et cette exigence était primordiale. La restauration du bâtiment permettra d’en faire un nouveau site touristique, l’accès se fera par la pose d’un escalier sur l’arrière du bâtiment. Peut être pouvons nous regretter la couleur choisie pour les barrières du haut de la tour…
L’horloge n’est pas le seul bâtiment mythique de la ville en cours de rénovation. Des travaux sont également menés par la municipalité et le ministère de la Culture dans le bastion de Bab Marrakech. La première grande opération de restauration s’était achevée en 2006. Une première tranche des travaux a été achevée avant le Festival des gnaouas. L’étage et la terrasse ont été aménagés pour en faire un nouveau lieu de concert. Une deuxième tranche des travaux aura lieu pendant l’été. Cette bâtisse était l’un des points de défense majeur de la ville. Des expositions y sont d’ores et déjà programmées.

Attention travaux !
On ne peut qu’admirer les multiples changements et améliorations de la voierie dans la ville nouvelle, pavage des trottoirs, routes goudronnées, plantations sur les ronds points et espaces verts, aménagement de nombreux ronds points, de la ceinture verte etc. … mais on ne peut que déplorer l’état de la médina dont les travaux ne cessent de se faire et de se défaire occasionnant dans de nombreux derb des coupures d’eau incessantes, des débordements d’égouts, des trous dangereux pour les piétons et toutes les gênes possibles et imaginables. Les habitants de la médina font savoir leur colère et les touristes fuient la vieille ville.

Odin a regagné les flots dans le port de la ville après plusieurs mois de restauration. Ce bateau dont je parlais dans le numéro 34 du Guido a fière allure ! Ses deux mats de 12 m et de 8,80m, refaits dans les règles de l’art ont repris leur place.
Le bateau doit rejoindre le port de Brest en Bretagne pour l’édition 2012 des Tonnerres de Brest qui se tiendra du 13 au 19 juillet prochain. La manifestation qui a lieu tous les 4 ans recevra cette année en invités d’honneur le Maroc ainsi que l’Indonésie, le Mexique, la Norvège et la Russie. A cette occasion un stand de 1500 m2 sera installé sur les docks afin de promouvoir le tourisme et la mer au Maroc. D’Essaouira à Brest il n’y a qu’un pas !

Dans la médina - Etranges bas reliefs
A qui sait regarder, fouiner, la médina regorge d’échoppes singulières. Celle d’Abdelmalek Ahouirine en est une. Par ses sculptures ses mains racontent le monde, la vie, le quotidien de la campagne, la ville d’Essaouira et même la guerre. Il chine sur le port et en ramène des morceaux de barques, lourds bouts de bois, de taille variée, parfois lazurés de vert, rouge, orange vif ou bleu. Depuis quarante ans il exprime ses visions dans des bas reliefs aux personnages naïfs, animaux, maisons…
Pas de représentations réalistes, simplement sa vision de l’histoire, motifs en creux, perspectives simulées. Ici c’est la guerre en Palestine ou à Gaza, des chars, des missiles, des soldats. Ailleurs c’est la douceur de la campagne et ses animaux ou la construction des pyramides. Là encore le mellah, ses remparts et les bateaux qui les frôlent. Il a toujours réalisé des bas reliefs, les premières années parallèlement à son métier de menuisier.

Aujourd’hui il travaille dans sa petite échoppe en haut de la place Taraa, dans la ruelle de droite qui redescend vers les souks alimentaires. Inlassablement ses mains s’activent. Son jeune fils l’accompagne quand il n’est pas en classe et lui aussi commence à manier les ciseaux à bois et entretient les réalisations de son père. Abdelmalek exécute ce qu’il veut et vend aux gens de passage ou aux connaisseurs de son art. Nulle autre boutique semblable dans la ville, à découvrir absolument. Notre sculpteur a présenté deux de ses panneaux lors de la dernière exposition Etrange V à l’AFME en février dernier.

On aime les panneaux d’information sur la faune et la flore locales, installés à l’extérieur de la ville, au Sud sur le bord de la route d’Agadir, ainsi que les parkings aménagés et les sentiers pour une découverte de l’oued Ksob ou de la forêt d’arganiers ! Une belle initiative !

Guido : 29 - ZAPPING EN VILLE

On aime la boutique d’épices qui s’est installée voilà quelques mois dans la rue Ibn Khaldoun. Ses couleurs et ses parfums s’étalent et s’exhalent dans la rue et l‘accueil y est charmant.

On regrette le retrait des sculptures édifiées devant les hôtels Sofitel et Atlas en juin dernier pour le festival gnaoua mais on apprécie celles qui en ont pris la place devant le Sofitel bien que moins visibles.
Loft expo : une friche industrielle a ouvert ses portes à des expositions de peinture, tout au fond de la ville derrière l’annexe de la mairie, au bout de l’autoroute au Nord de la ville. Bonne initiative !

Les Rosalie : une initiative touristique a vu le jour l’été dernier sur la promenade du bord de mer. On ne sait quelle obscure raison l’a fait cesser. Les activités de ce type manquent à la ville. les Rosalie ont donné une ambiance estivale cet été avec les karts, les bicyclettes à 4 roues et les trampolines, les touristes marocains et européens étaient heureux de voir que les enfants n’étaient pas oubliés à Essaouira. Il est dommage que l’autorisation d’exploiter se termine au 15 septembre alors que les touristes viennent toute l’année dans notre ville. Nous espérons un retour rapide de toutes ces animations.

Un avis sur le golf - une touriste golfeuse de passage : « L’endroit est magnifique et la végétation intéressante, ces oliviers, ces griffes de belle-mère… D’un point de vue esthétique la vue est splendide pour les golfeurs et les promeneurs. Le parcours est entretenu, les trous sont protégés du vent ou non ce qui en fait leur intérêt, d’un point de vue du plan technique il est accessible à tous, chacun peut s’y faire plaisir quel que soit son niveau de pratique. Peu fréquenté mais l’accueil y est bon, les caddies sont professionnels et l’on apprécie qu’ils proposent de l’eau à boire sur le parcours. Le vent est une autre manière d’appréhender le parcours, ce n’est pas un handicap mais un intérêt supplémentaire. Un trou, (le numéro est oublié) que l’on aurait aimé avoir à l’envers car tu ne vois le paysage que quand tu te retournes. Les trous 9 et 18, quant à eux, sont un peu trop éloignés du futur club house pour la pause déjeuner avant la reprise. Le puting green et le practice sont extra, il n’y à rien à en dire. Parfaits pour les essais et les échauffements. Un bon point pour les bassins de rétention aux plantes qui purifient l’eau. »

On éprouve de la colère devant l’emplacement des nouvelles constructions des restaurants de Sidi Kaouki en remplacement de ceux qui ont brûlé en juillet 2009. Elles masquent le marabout du village posé sur la plage, raison d’être de la localité et très bel édifice, lieu de pèlerinage chaque année au mois d’août!
Un geste écologique…Afin de lutter contre les incessants mouvements de la dune située à la sortie de la ville qui envahit les environs et recouvre parking, cabane ou route à chaque changement météorologique, des barrières de bois sont en cours d’édification. De la végétation y sera plantée par la suite pour maintenir les sables. De plus, cette dune faisait l’objet d’une destruction systématique par les chevaux, chameaux ou quads, ou marcheurs. Une bonne initiative des pouvoirs publics.

A ne pas rater : l’exposition d’arts plastiques Mosaïque du 18 décembre 2010 au 20 janvier 2011 au Bastion de Bab Marrakech à Essaouira.

Magic Youssef Chouiter notre extraordinaire magicien local organise pour la deuxième fois un festival de la magie à Essaouira. L’an passé sa manifestation, (non seulement festival mais également gala, conférences, concours, exposition) a reçu un franc succès en réunissant une cinquantaine d’illusionnistes du Maroc et d’ailleurs. Il lance un appel à tous les éventuels sponsors pour prolonger et réaliser à nouveau au printemps 2011 ce projet, et nous le soutenons.

La première édition du festival Souffle Magique, du 18 au 21 mars 2010 à Essaouira a connu un succès phénoménal durant quatre jours. Les magazines Annassim (Maroc) et Magicus (France), tous deux organisateurs, ont réussi le pari ambitieux de la qualité artistique et de l’originalité de la programmation tout en innovant avec le Championnat de Magie du Maroc

La 2ème édition, en mai 2011, donnera ses vraies marques à ce festival international qui a l’ambition d’apporter au public marocain et international une programmation originale et de qualité. Une affiche internationale :
Flip (Hollande), Malin Nilsson (Suède), Tamariz (Espagne), Youssef Chouiter (Maroc), Tran (Chine), Olmac (France), CharlErick et Yo (France), Dion (Hollande), Noureddine Bellaoui (Maroc), Youssef Bennani (Maroc), Youssef Jilbal (Maroc), Norbert Ferré (France), Rolty (France), Alsen (Belgique), Anne (France), Xavier Constantine (France), etc.
Marrakech ouvrira le festival du 19 au 22 mai (création artistique, spectacles enfants, gala international, demi-finale Championnat de Magie, expositions affiches et peintures, etc.) qui sera reconduit avec la même affiche à Essaouira, du 26 au 29 mai 2011.

Par la télévision, l’art magique connaît au Maroc une évolution fantastique. Le Souffle Magique va souffler sur les villes de Marrakech et Essaouira un vent d’illusions mélangé de rêves et de rires. Un évènement à ne pas manquer !
Contacts :
Youssef +212 (0)671 491 646,
Didier, président de Magicus +33(0)618 615 841